Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bon(s) vent(s)

Octobre 2009, je pose ma valise en Argentine.

Buenos Aires est une vielle dame ridée, fatiguée, pleine d’histoire(s) dans laquelle j’ai aimé marcher dans la vielle vile sans but, pour le plaisir de m’immerger dans la vie des Porteños, sursauter au son des klaxons des livreurs, boire une Quilmes au comptoir au coin d’une rue, cocher dans mon imagerie d’Épinal tous les must see en parcourant le marché central, le cimetière de la Recoleta en chantant « don’t cry for me Argentina ».

Et bien sûr divaguer dans le quartier de San Telmo… le quartier de Mafalda.

Où réalité et fiction se mêlent dans une grande bouffée d’humanité.

Et m’asseoir sur un banc

Cinq minutes avec elle…

qino vero.PNG

Onze ans plus tard, je ne me reconnais pas.

Mon bras était encore bandé, on ne le voit pas sur le cliché. Je le sais. 

On ne le voit plus aujourd’hui.

Que reste-t-il de nous ?

maf alone.JPG

Que restera-t-il de moi ?

 

Mafalda est sur ce banc, seule.

Quino est parti.

 

 

Mais elle reste avec nous et me fait toujours sourire.

mafalda-democratie.jpg

J’espère te revoir un jour… Mafalda.

 

 

 

.

Écrire un commentaire

Optionnel